Ubrique: La centième de Morante…

Samedi, Parentis: 3ème novillada de la temporada

LA NOVILLADA D’HESTE Y TOROS 2022

Samedi 1er octobre 2022, à 17h, aura lieu la novillada d’Heste Y Toros dans les Arènes Roland Portalier à Parentis-en-Born.

Ce sont des taureaux de LOS MANOS, la ganaderia incontournable de la Temporada 2022 qui entreront sur la piste. Cet élevage a sorti de grandes novilladas : à Madrid lors de la San Isidro en mai dernier et tout récemment à la Feria de l’Atlantique à Bayonne.

Face à eux, se présenteront 3 novilleros prometteurs :

➡ SOLALITO : Novillero d’expérience, SOLALITO a laissé une excellente impression lors de la Feria Sen Bertomiu 2022. Très bon lidiador et banderillero, il revient dans les arènes de Parentis-en-Born avec une envie folle de triompher.

➡ Christian PAREJO : Grand triomphateur de la Temporada française 2022, Christian PAREJO n’a laissé personne indifférent dans toutes les arènes où il est passé. Il espère finir sa saison 2022 sur un grand triomphe.

➡ Marcos LINARES : Il fera sa présentation en France en novillada piquée après avoir gagné les plus grands concours en novilladas non-piquées en 2021. Il est la nouveauté de ce cartel ! Il monte en puissance en cette fin de saison et fera sensation dans les Arènes Roland Portalier.

Les billets de la novillada sur la billetterie en ligne : https://reservation.parentis.fr/novilladas.html

#parentis#ParentisEnBorn#leslandes40#novillada#losmanos#solalito#christianparejo#marcoslinares

Béziers: Rubén Pinar triomphateur de la féria

Les peñas taurines de Béziers ont désigné les destinataires des trophées qui seront remis le samedi 22 octobre lors de la soirée de gala des 40èmes Journées Taurines de Béziers. 

Photo Midi Libre

Triomphateur de la Feria : Rubén Pinar (Fédération des Clubs Taurins du Biterrois)

Mejor Faena : López Simón (Club Taurin l’Aficion)

Meilleur toro : Miura n°16 – Luminario (Cercle Taurin de Biterrois)

Meilleure corrida : Ganadería Miura (Peña Emilio Oliva)

Meilleur novillero : Christian Parejo (Union Taurine Biterroise)

Meilleur novillo : Ganadería Margé (Club Taurin l’Aficion)

Bouillargues au menu du café toro

Festejos de ce mercredi

Plaza de toros de Arnedo Arena (La Rioja). Deuxième novillada de la Feria del Zapato de Oro. Moins de 1/2 entrée sur les tendidos.

Novillos de Los Ronceles, le troisième comme sobrero,  

GARCÍA PULIDO, oreille et silence.

ALEJANDRO PEÑARANDA, silence et silence. 

FABIO JIMÉNEZ, deux oreilles et oreille. 

Algemesí (Valence) –

Novillos de Alejandro Talavante.

Víctor Hernández, saluts et oreille; 

Javier Camps, saluts et saluts.

Mayorga (Valladolid) festival

Novillos de Carreros

Rafaelillo: oreille

Roman Collado palmas,

le novillero José Antonio Valencia 2oreilles

Octavio Chacon et Antonio Caba se séparent

Octavio Chacón et Antonio Caba, après 6 ans d’apoderamiento, se séparent d’un commun accord. Celui qui fut un excellent torero de plata apprécie « la confiance que le matador de Cadix a placée en lui pendant tout ce temps ». On ne connaît pas les projets d’Octavio Chacon. Bonne chance à tous les deux dans le futur.

Raquel Martin à Guijuelo

Festejos du lundi

Abarán (Murcia) 3/4 d’arène-toros de La Palmosilla:

Paco Ureña, silence et deux oreilles

Emilio de Justo, oreille pétition de la seconde et deux oreilles

Tomás Rufo, oreille et deux oreilles et la queue

Plaza de toros de Arnedo Arena (La Rioja).- Premier festejo del Certamen El Zapato de Oro 2022. Un quart d’arène;

Novillos de Hdros. de José Cebada Gago

Villita, silence et silence

Álvaro Burdiel, ovation et saluts et vuelta

Cristian Parejo, vuelta et oreille.

Tamames (Salamanca). Lleno.

Novillos de El Pilar, le sixième ‘Bilano’, nº 62, vuelta al ruedo.

 Jorge Martínez, oreille et ovation; 

Ismael Martín, ovation et deux oreilles; 

Jesús de la Calzada, oreille et deux oreilles.

Fiesta campera du Club Taurin Marc Serrano

Le CT Marc Serrano organise une fiesta Campera le 23 octobre 2022. Afin de préparer le festival taurin de Méjanes. Marc combattra un toro des frères Tardieu. Programme complet sur l’affiche jointe. »

Marco Sikora: « A Saint-Sever je vais présenter tout mon amour pour la tauromachie ».

Vernissage vendredi soir de l’exposition de peinture de la Semaine taurine Culturelle de Saint-Sever un programme très fourni sur lequelle nous aurons l’occasion de revenir et qui se terminera par un festival taurin suivi d’une novillada sans picador. Parmi les peintres présentés aux Jacobins Marco Sikora qui construit en silence une œuvre singulière et profonde avec pour cadre essentiel, mais pas exclusif, la tauromachie.

Nous avons rencontré Marco Sikora à quelques encablures du Guggenheim, un jour de « Semana Grande » de Bilbao. Il y avait chez lui ce sourire amical qu’il arbore en voyant un ami mais aussi ce regard distancié qu’il porte sur le monde en permanence. Pour Marco l’exposition de saint-Sever est importante car il se remet doucement de durs ennuis de santé.

-Je vais présenter tout mon amour pour la tauromachie. Notamment pour Juan José Padilla que j’adore. Ma technique c’est de l’huile sur toile, ou de l’huile sur bois. Il y a treize œuvres dont une qui n’est pas directement consacrée à la tauromachie et qui représente Sainte Sara car Sainte Sara m’accompagne tout le temps…

-Tu habites Vichy, une région non taurine -bien qu’elle ait été jusque dans les années 80-, pourquoi cet amour la tauromachie ? Cette source d’inspiration ?

-J’ai vécu dans le sud, sur Chateaurenard, J’ai tout de suite eu la passion des toros : de la course camarguaise et de la corrida. Le premier déclic que j’ai eu c’est Chamaco. Je me rappelle toujours d’une matinée inoubliable à Arles dans les années quatre-vingt : on était des milliers à remplir l’amphithéâtre, le matin, pour une de ses dernières novilladas. C’était fabuleux et ensuite je n’ai jamais arrêté.

-Qu’est-ce qui te plait chez un torero ? Qu’est-ce qui t’attire ? Qu’est ce qui te motive ?

-Tout me motive, en réalité. Rentrer dans une arène même si elle est vide ça me plaît, ça me donne des frissons. Quand elles sont pleines et que tout le monde agite le pañuelo, j’adore, ça me donne des frissons aussi. Quand je vois les faenas des toreros j’adore… Et tous ces gens qui défient la mort j’adore…

-Mais pourquoi cette fascination pour Padilla ?

-Parce que Padilla c’est je ne sais combien de cornadas ; il a perdu jmais son œil et il n’a jamais arrêté, il n’a jamais renoncé, il garde cette passion : travailler pour arriver. Un homme exceptionnel, un homme très gentil qui a d’ailleurs une toile de moi en remerciement il m’avait consacré un entraînement privé à Sanlucar de Barameda : il a fait sortir tout le monde un matin et nous sommes restés ma femme et moi avec Membru son péon. Il y tenait ! On était que quatre et il a fait son entrainement pendant une heure…

-Dans le monde taurin y-a-t’il un lieu de prédilection pour toi ?

-Evidemment : Sanlucar. Sans aucune hésitation parce que là-bas, ils ont la passion des toros jusqu’au bout.

-A Vichy, comment nourrir ta passion ?

-Ma passion à Vichy je la nourris facilement : j’ai des amis qui aiment beaucoup les toros, qui regardent les corridas télévisées. Je fais partie aussi de la « peña des volcans » à Clermont-Ferrand où il y a deux peñas et nous avons des réunions mensuelles. Donc je ne suis pas si éloigné que ça… avec la télévision, plaza toros ou Canal Sur, je vois des corridas toutes les semaines.

-C’est une des premières fois que tu vas exposer dans le cadre du milieu taurin, ton travail n’est pas forcément destiné à ce public…

-J’ai déjà exposé des toros à Arles dans les années quatre-vingt, dans certaines férias ça m’est arrivé, à Cavaillon et même en Haute-Loire à La Chaise Dieux. En général ç’est très bien reçu aujourd’hui ça le serait peut-être moins par un public non aficionado.

-Comment vois-tu l’avenir de la tauromachie ?

-L’avenir de la tauromachie ? Là par contre il me faut du Lysanxia [un anxiolytique (ndlr)]  parce que ça craint, ça craint vraiment. J’ai l’impression, sans faire de politique, que devant une Assemblée Nationale chaotique, on peut se réveiller un matin du mois de novembre ou du mois de décembre dans une situation semblable à ce qui est arrivé à la Monumental de Mexico : on dira on a plus le droit d’y aller c’est fermé. Ca aura été voté.

-Tu vas faire une dépression, alors ?

Quelques rires dans l’assistance mais la réponse de Marco est triste et sérieuse :

-Peut-être, peut-être… j’en serai malade c’est sûr. C’est sûr.   

Itw Pierre Vidal

   

« Puerta del Principe Sevilla » Marco Sikora

Page 1 sur 600

© 2022 Corridasi - Tous droits réservés