Page 3 sur 1102

Communiqué de l’UTB

Vendredi 16 juillet à 18 heures, dans le patio du Musée Taurin de Béziers 7 rue Massol, l’Union Taurine Biterroise organise une soirée consacrée au dernier ouvrage d’André Viard, sorti le 3 juin 2021. Cette soirée – en présence de l’auteur et de Marion Mazauric des éditions Au diable vauvert – animée par Hugues Bousquet se terminera par une vente-dédicace.

Faisant dialoguer anthropologie et dimension sacrée, André Viard dévoile des pans méconnus de l’histoire, tend des passerelles audacieuses et inattendues par-delà les âges et au-dessus des continents, tout au long d’un voyage vertigineux aux origines de l’épopée humaine, quand les ancêtres de l’homme combattaient déjà ceux du Bos taurus, jusqu’à la corrida moderne.
Fresque foisonnante autant que quête initiatique, voici un ouvrage passionnant, imposant et surprenant, engagé et polémique, sur un sujet, notre rapport à l’animal, qui interroge l’ensemble des civilisations humaines.

communiqué de l’UTB

« La Chair et le Sens – une religion du taureau » format 130 X 198, date de parution 03/06/2021, nombres de pages 592, PRIX 25€ 

soirée organisée par l’Union taurine Biterroise avec le soutien de la Ville de Béziers, de la FCTB


Toros à Chateaurenard

La Corrida de Chateaurenard se déroulera cette année le mardi 3 août 2021 à 18H00.

Luis David Adame, Andy Younes et Adrien Salenc affronteront 6 toros de la Ganaderia Jalabert.

(Communiqué)

Annulation de Villeneuve de Marsan

Communiqué Cercle Taurin Villeneuve de Marsan

Le CERCLE TAURIN de VILLENEUVE DE MARSAN vous fait part de l’annulation de la corrida prévue le mardi 3 août 2021.

L’absence de fêtes dans leurs formes traditionnelles, les inconnues liées à la crise sanitaire, la taille de notre arène handicapée par une jauge potentielle, font trop de conditions pour donner une corrida dans des dispositions acceptables.

Nous vous donnons RDV en août 2022.

Le bureau

En votre bonne réception

Bien cordialment malgré la déception

Jacques Grué

Gamarde: première de la temporada

Photos Nicolas Couffignal

Arènes de Gamarde, ouverture de la temporada du Sud-ouest

6 toros de Zacarias Moreno, dont un sobrero (5 bis) anovillados et gorditos les deux premiers, corrects les quatre autres, commodes de têtes et justes de forces pour

Daniel Luque : une oreille, une oreille, salut au tiers

Ginès Marin : une oreille, salut au tiers, un avis et silence

Six piques, cavalerie Garcia (Madrid), puyas espagnoles

Sobresaliente Jérémy Banti

Salut de Mathieu Guillon après avoir banderillé le sixième

Les deux  toreros ont été invités à saluer à l’issue du paseo

Président : Philippe Lalanne (Dax)

Environ 90% de la jauge autorisé

Chaud dehors et dedans

Démarrage en demi teinte pour la temporada gasconne à Gamarde. La faute à des toros de Zacarias Moreno (présentation en corrida et en France) justes de force et manquant de race. Le seul encasté (le sixième) a été sous-exploité par Ginès Marin. Les deux premiers anovillados et gorditos sosos ont été plus proche du carreton que du toro de lidia. L’ensemble était commode de tête avec des pointes vite abimées.

Daniel Luque, plus motivé qu’à Arles a coupé une oreille du premier après une faena facilité par la noblesse fade du toro. Son second est andarin, manso, abanto et querencioso Luque est un des meilleurs techniciens du circuit taurin. Quelques dobllones plus tard, le toro est fixé.

Muleta près du museau, bras plié pour le garder près de lui, il enchaîne deux très belles séries, les meilleures de la tarde, templées, , croisées et surtout inespérées. Le toro part aux planches , quelques muletazos le long de celles-ci , une entière engagée et le torero coupe une nouvelle oreille Le 5ème se tue dès sa sortie en piste en tapant contre le mur sous la présidence. Le sobrerobizco mais le mieux armé du lot, est tardo et court de charge. Luqe insiste, aguante, se croise et tire quelques muletazos , eux aussi inespérés. Salut au tiers

Ginés Marin était en mode pueblo à Gamarde ce dimanche. Il coupe une oreille à son premier après une faena décousue, superficielle, avec plus de décorations que de lidia.et abusant du pico. Même début de faena à son second, le final, plus sincère et classqiue vient sauver une faena malheureusement pour le torero mal conclue à l’épée. Le dernier avait de la noblesse et un peu de piquant.

Trop et mal piqué , il se reprend au second tercio, met en difficulté la cuadrilla. Le torero reste sur le même registre que lors de ses premières faenas. Dommage car il y avait autre chose à faire avec ce toro.

Le matin , Jean Baptiste Lucq, qui a beaucoup progressé, a tienté deux vaches de Zacarias Moreno , la première très noble, la seconde tarda mais quand même intéressante.

Valladolid: la terna à hombros

Plaza de toros de Valladolid. Seconde de la Feria de San Pedro Regalado. oros de Garcigrande (4º et 6º) – Domingo Hernández

EL JULI, ovation et deux oreilles 

EL FANDI, deux oreilles et oreille 

ROCA REY, oreille et oreille 

Entrée : lleno de COVID

Tarde venteuse

Nîmes: Choisir l’Art ou les Trophées

Le cartel était étrange et fait sans doute pour séduire des publics différents.  Du plus fin des toreros, premier à intervenir au plus téméraire et démonstratif, dernier de la terna, on trouvait, au milieu, le malheureux Diego Urdiales qui hérita de toros difficiles et qu’il jugea intoréables, en particulier le 5ème, noble malgré son trapio impressionnant   devant lequel le petit maestro de la Rioja semblait écrasé.

Peut être une image de 1 personne
photo Arènes de Nîmes

Si on s’intéresse au spectaculaire, à l’audace juvénile, à la témérité n’ayant pas toujours la justesse d’exécution souhaitée, notamment à l’épée, on aura été convaincu par Juan Leal. Citer le toro à genoux depuis le centre de la piste, voler sur le mufle avec une chance inouïe de ne pas être encorné, garder son calme en toutes circonstances  voilà le style de Juan Leal. Les cornes contre le visage, si vous aimez ça, pas moi, et sans doute pas les spectateurs qui cet après midi ont vibré très fortement lors de la prestation de Finito de Cordoba à son second adversaire.

Déjà à son premier , la douceur, la lenteur,le rythme profond promettaient… Malheureusement l’échec à l’épée se finit mal puisque les trois avis resonnèrent et Soplon, toro negro de 552 kgs regagna vivant les corales des arènes.

Mais le grand Finito, reçut le 4ème, Zulardado, negro bragado de 522kgs avec la très ferme intention de marquer nos souvenirs.

Il nous fit profiter   sur un rythme lent, une cadence profonde, de son toreo  si beau, par le bas, sur les deux cornes. Faute de goût évidente, la musique joua pendant toute la faena un paso doble parfaitement inadapté, vulgaire et insipide.

La musica callada del toreo nous aurait suffi tant Juan Serrano, en état de grâce, s’abandonnait au balancement dans ses chevilles de la tête du toro. Main basse, rectitude et inclinaison du corps parfaitement mesurés, sans la moindre trace de démonstration  ou de coups d’oeil vers un public plus porté à la complicité avec les batteleurs qu’avec les grands artistes.

Et pour tout dire la vuelta al ruedo de Finito de Cordoba , précédée d’un extraordinaire abrazo avec l’éleveur, restera dans ma mémoire comme une plus grande récompense que l’oreille ou même les deux de ce noble et brave animal.

Il n’en reste pas moins que Juan Leal est le triomphateur de cette tarde en ayant coupé 1 oreille et 2 oreilles à ses adversaires.

La deuxième, pour la très vilaine estocade (ultra rapide)n’aurait jamais du être accordée par la présidence.

Finito de Cordoba ( de rouge et azabache) sifflets après trois avis et vuelta  al ruedo(1avis).

Diego Urdiales( de vert de gris et or) applaudissements après 1 avis .

Quelques applaudissements .

Juan Léal (Violette de Parme, ou de Toulouse ou des Alyscamps et or) 1 oreille avec pétition de la seconde et deux oreilles.

J F Neviere

Navas del Rey : un toro et puis l’orage

Plaza de toros de Navas del Rey (Madrid). troisième Novillada del Circuito de la Comunidad de Madrid.  . Novillos de Baltasar Ibán, et Guerrero et Carpintero, (1 ).

BORJA COLLADO, oreille 

Entrée : lleno de COVID

Le festejo a été interrompu suite à un orage très violent

Photo Mundotoro

Valladolid: Manzanares à hombros

Plaza de toros de Valladolid. Première de la feria de San Pedro Regalado.

Toros de Victoriano Del Río, et Toros de Cortés (5 ).

MORANTE DE LA PUEBLA, ovation avec salut et oreille.

JOSÉ MARÍA MANZANARES, deux oreilles et oreille.

PABLO AGUADO, oreille et .ovation

Lleno de COVID

Les circuits régionaux de novilladas

Pablo Jaramillo, dos orejas del sexto (Directo: Arenas de San Pedro)
photo Mundotoro

Plaza de toros de Arenas de San Pedro (Ávila).  Circuito de Novilladas de Castilla et León , seconde novillada. . Novillos de Toros de Esteban Isidro (1, 5 et 6), , et de La Guadamilla (2,3 et 4),

vuelta al ruedo au troisème

DANIEL BARBERO, ovation avec un avis et oreille.

JORDI PÉREZ ‘EL NIÑO DE LAS MONJAS’, oreille et oreille.

PABLO JARAMILLO, oreille et deux oreilles.

Demi entrée de COVID

Plaza de toros de Anchuelo (Madrid).   Circuito de Novilladas de Madrid, seconde novillada 

Novillos de Quintas (1, 2 et 3) et Montealto

JOSÉ MIGUEL ARELLANO, ovation et silencio après deux avis . 

ALEJANDRO MORA, silence et silence.

ÁLVARO BURDIEL, ovationn avec un avis et oreille.

Les  banderilleros Raúl Cervantes et Diego Valladar ont salué au premier

Quasi lleno de COVID

photo Mundotoro

Plaza de toros de Cazorla (Jaén). Circuito de Novilladas de Andalucía troisième et dernière novillada. 

Novillos de Martín Lorca (2, 3), Escribano Martín (1), El Cotillo (4 et 5) et Hnos. Collado Ruiz (6).

MIGUEL POLOPE, oreille et silence.

 MANUEL PERERA, ovation avec salut et deux oreilles.

CHRISTIAN PAREJO, salut et deux oreilles .

Nîmes: El Rafi ouvre la Porte des Consuls

El Rafi por la Puerta de los Cónsules en su confirmación en Nimes
photo Mikael Fortes

Arènes de Nîmes, première corrida du week-end taurin

6 toros de Victoriano del Rio bien présentés, les cinq premiers sans classe ni intérêt, seul le sixième a permis au torero de s’exprimer

Antonio Ferrera : une oreille, silence

Juan Ortega (confirmation d’alternative) : beaucoup de sifflets, silence

El Rafi (confirmation d’alternative) : un avis et une oreille, deux oreilles

Onze piques, une chute

Cavalerie Heyral

Salut de Rafael Viotti au sixième

Président Frédéric Pastor

Soleil et vent

Bonne entrée

Le monde des toros aime les proverbes. Pour rendre compte de la première corrida du week-end taurin nîmois, on pourrait commencer cette reseña en écrivant « No hay sexto malo », «  la fortune sourit aux débutants », « Jamais deux sans trois oreilles » ou tout autre maximes. En fait celle qui caractérise le mieux cette premier tarde gardoise est incontestablement « Il y a toujours un arbre sain qui cache une forêt dévastée ».

Le dernier Victoriano del Rio a permis par sa noblesse à Rafi d’ouvrir la Porte des Consuls .Il est le seul toro acceptable d’un lot certes bien présenté mais sans l’ombre d’une transmission et dépourvu de race. Seul le troisième avait probablement un peu de fond mais Ortega l’a fait assassiner au cheval. La tauromachie du sévillan exige de diminuer au maximum la force de la charge du toro mais quand le toro n’avance plus, il n’est plus possible de toréer même lentement.

Antonio Ferrera, parrain d’une double confirmation d’alternative, avait envie. Son premier toro renverse le groupe équestre avant d’être châtié en carioca. Le Victoriano a une demi-charge .Le torero s’applique et s’efforce de le faire passer. La faena est tristounette jusqu’au deux dernières série à gauche dont la dernière de face où la classe du torero de Badajoz lui permet de sauver les meubles. Entrée à matar à la manière de Ferrera, l’épée résulte très approximative (probablement atravesada) mais comme elle est très rapide d’effet, on donne une oreille.

Son second sort avec un arrière train flageolant du tercio de piques. Le toro n’a de charge ni à droite, ni à gauche. Ferrera essaie mais à l’impossible nul n’est tenu. Le torero abrège d’un habile volapié.

La prestation de Juan Ortega est à oublier. Son premier trop piqué est vite parado. Le sévillan abrège et le bicho est puntillé après trois pinchazos (sic).

Son second, économisé au cheval, n’a ni charge, ni transmission. Le torero n’insiste pas.

El Rafi confirmait ce samedi son alternative. Son premier toro sera le seul correctement piqué. En début de faena, on hésite pour le qualifier entre encasté et violent. La suite montrera que c’est la seconde assertion qui est la bonne. Le nîmois a du mal à trouver la bonne distance en début de faena. Le début est parfois trop brusque. Il trouve à mi faena le bon sitio. Il se centre et enchaîne de bonnes séries à droite ; Le jeune torero coupe une oreille après une entière caidita rapide d’effet.

Le sixième est noble et à de l’alegria. Rafi en profite pour le toréer avec beaucoup de courage et de classe à la cape. Le toro passe bien et répète. La première série est sur le voyage .Les suivantes sont d’un autre niveau. Porté par son public, le garçon exploite et profite de la noblesse de l’animal pour construire une très jolie faena avec des derechazos profonds.  Deux oreilles après un grand coup d’épée et s’ouvre la Porte des Consuls.

(corrida vue sur Toros TV)

RT

Page 3 sur 1102

© 2021 Corridasi - Tous droits réservés